Le 28 juin 1914 au petit matin, 194 coureurs cyclistes s’élancent de Paris vers Le Havre, première étape du tour de France.

Le même jour et 2 000 km à l’est, à 11 h 20, l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche est assassiné. Pendant que se met en marche l’engrenage fatal et que l’Europe glisse petit à petit vers un conflit, la course cycliste se poursuit. Onze anciens ou futurs vainqueurs y participent, notamment Philippe Thys qui a remporté l’édition 1913 et Firmin Lambot qui gagnera en 1919. Après 28 jours d’épreuves et 5 400 km parcourus en quinze étapes, les coureurs sont vite mobilisés et rejoignent leur unité. Le Tour s’interrompt pour cinq ans mais le vélo garde droit de cité, l’armée ayant constitué des unités cyclistes depuis la fin du XIXe siècle. Plusieurs champions disparaissent au champ d’honneur, notamment Octave Lapize qui meurt aux commandes de son avion et Lucien Petit-Breton dans un accident de voiture.

Le montage d’images d’archives vous propose quelques exemples d’utilisation du vélo sur le front : estafettes et commissionnaires, unités cyclistes françaises, anglaises ou italiennes montant vers les lignes ou au cours de défilés et d’une remise de décorations. La petite reine accompagne aussi le soldat dans les moments de détente.

Au mois d’août, vous pourrez voir la troisième partie de l’épisode « Les blessés et le service de santé des armées » : « la convalescence ».

Informations sur la vidéo

  • Date de l'évènement : Le 28 juin 1914
  • Référence : Les histoires filmées de la Grande Guerre / « En vélo sur le front »
  • Copyright : ECPAD