« Mouvements de troupes, première partie : la marche »

Suite à la mobilisation générale décrétée en France le 1er août 1914, les troupes se mettent en route.Selon les plans de l’état-major français, la seule façon de mener la guerre et de l’emporter sur l’adversaire est l’offensive stratégique ; prévoyant une bataille décisive en Lorraine, l’armée française doit se porter en avant. Les divisions d’active sont ainsi lancées dès le 19 août 1914 en direction de Sarrebourg et des Ardennes. Après une victoire des armées allemandes, le général Joffre lance une contre-offensive, la bataille de la Marne, en septembre 1914, qui se termine par une défaite allemande. Au lendemain de cette bataille, les fantassins improvisent une défense en creusant des trous qui, reliés entre eux, forment peu à peu des tranchées. Ce n’est qu’au printemps 1918, marqué par plusieurs offensives, que la guerre de position cède la place à une nouvelle guerre de mouvement.

La marche fait partie du quotidien du soldat pendant toute la durée du conflit. En août 1914, il faut partir à l’assaut. Puis, avec la guerre de position à partir de fin septembre 1914, il s’agit de se rendre dans les premières lignes, de marcher pour assurer les relèves, de revenir vers l’arrière, de s’entraîner, etc. Surtout, le commandement tient à ce que le soldat ne reste jamais immobile. Le soldat peut ainsi parcourir plusieurs dizaines de kilomètres par jour et être éprouvé par des marches épuisantes.

Le montage cinématographique proposé, construit avec des images d’archives, alterne des séquences montrant des soldats se déplaçant à pied dans diverses circonstances et sur tout type de terrain avec des plans de films pédagogiques réalisés par le service de santé des armées pour l’étude de la musculature humaine.

Sur le même thème, en octobre prochain, vous pourrez voir le soldat et la marche motorisée.

Informations sur la vidéo

  • Référence : SS 49, 14.18 A 102, A 293, A 308, A 387, A 646, A 722, A 1055, A 1125, A 1213, 14.18 B 594, B 728
  • Copyright : ECPAD